La SDMA, qu’est-ce que c’est?

 

La nouvelle classification IRIS permettant de classer les stades d’insuffisance rénale a changé. Désormais elle inclut la SDMA. Mais qu’est-ce que c’est?

L’insuffisance rénale chronique est une affection courante en médecine vétérinaire. Les animaux diagnostiqués sont souvent bien pris en charge, de part l’implication du vétérinaire et du propriétaire.

Le dosage de la créatine plasmatique permettait une évaluation et un « dépistage » un peu tardif de cette maladie. En effet, une augmentation de la créatinine peut n’apparaître que lorsque plus de 75% des reins sont détruits! Et sa valeur est influencée par la masse musculaire, les variations de poids, la prise alimentaire…

Par exemple, la créatinine peut être significativement augmentée chez un chien avec une masse musculaire importante, ou très basse chez un animal qi a subit une fonte musculaire majeure…. Cela rend l’intervalle de référence assez large ! C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir les valeurs de créatinine chez votre animal sain, et pouvoir évaluer ses variations propres, pour intervenir au mieux.

chat ragdoll

 

La diméthylarginine symétrique (SDMA) est un nouveau marqueur, découvert il y a environ 10 ans,  disponible pour dépister plus précocement une insuffisance rénale, et a été intégré dans la Classification officielle IRIS en 2015.

C’est un acide aminé dérivé de l’arginine produit de manière constante, sans être métabolisé par la suite, et exclusivement excrété par les reins, ce qui en fait un bon candidat  pour être un marqueur de la fonction rénale.

Le « Gold standard » pour mesurer l’efficacité de la fonction rénale est la mesure direct du « Débit de filtration Glomérulaire », mais on ne peut pas le faire en routine chez les chiens et les chats car c’est beaucoup trop compliqué pour lé vétérinaire et pour l’animal.

La SDMA semble bien corrélé aux variations du débit de filtration glomérulaire (DFG), et ne semble pas influencé par les facteurs extra-rénaux. Ce qui est intéressant, c’est qu’une augmentation de la SDMA  commencerait dès une baisse de 30% du débit de filtration glomérulaire (DFG), alors que celle de la créatinine survient à partir d’une réduction de 70 % du DFG.  De plus, la SDMA semblerait indépendante de la masse corporelle et de la variation de la masse musculaire. Cela en ferait un marqueur plus sensible que la créatinine.

Elle semble ainsi être un paramètre utile au diagnostic précoce d’une insuffisance rénale chronique, et va sûrement complètement modifier l’approche vétérinaire dans le diagnostic et la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique chez les chats et les chiens.

Les débuts de son utilisation dans le dépistage précoce de l’insuffisance rénale chronique auraient montré que cette affection était beaucoup plus présente qu’on ne le pensait chez les animaux de compagnie. Ceci ouvre la voie d’une prise en charge plus précoce et d’une amélioration de la qualité de vie de nos petites boules de poil!

Il ne reste plus qu’aux laboratoires à proposer un test fiable et rapide aux vétérinaires pour qu’ils puissent s’en servir en routine 🙂

 

 

chiot dogue de bordeaux 2

Date: janvier 2017
Auteur: Alexandra de Nazelle

Autres articles qui pourraient vous intéresser :
-les maladies du chat
-l’insuffisance rénale
-la gabapentine, un nouvel antistress chez le chat?
-la mirtazapine en gel ?
-obstruction urétérale félines

Bibliographie:
– http://www.iris-kidney.com/guidelines/index.html
 – Comparison of serum concentrations of symmetric dimethylarginine and creatinine as kidney function biomarkers in healthy geriatric cats fed reduced protein foods enriched with fish oil, L-carnitine, and medium-chain triglycerides. Hall and coll. Veterinary Journal 202 (2014) 588–596
– Searching for biomarkers in feline chronic kidney disease: A new frontier- Quimby , The Veterinary Journal 206 (2015) 3–4
 – Correlation of Urine and Serum Biomarkers with Renal Damage and Survival in Dogs with Naturally Occurring Proteinuric Chronic Kidney Disease , Hokamp and coll. , J Vet Intern Med 2016;30:591–601
– Risk Factors for Development of Chronic Kidney Disease in Cats , N.C. Finch, H.M. Syme, and J. Elliott, J Vet Intern Med 2016;30:602–610
-Symmetric Dimethylarginine Assay Validation, Stability, and Evaluation as a Marker for the Early Detection of Chronic Kidney Disease in Dogs, Nabity and al. , J Vet Intern Med 2015; 29:1036–1044
– Symmetric Dimethylarginine, Improving the Diagnosis and Staging of Chronic Kidney Disease in Small Animals, Roberta Relford, Jane Robertson, Celeste Clements,Vet Clin Small Anim 46 (2016) 941–960 

 

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *